Le Cygne noir (Cygnus atratus) doit son nom à la coloration de son plumage.

Il est originaire d’Australie où il niche en colonies très denses contrairement au Cygne blanc.

Avant l’arrivée des Européens, le cygne noir était répandu et commun dans toute l’Australie. Alors que les colons le chassaient pour sa chair, sa population au sud s’est effondrée. Ce grand oiseau noir était une cible facile, notamment lors de la mue qui l’empêche de voler. Les populations des régions éloignées ont continué à prospérer, tout comme celles introduites en Nouvelle-Zélande. Grâce à cela, une fois sa protection décidée, le cygne noir a pu rapidement reconstituer ses effectifs et regagner l’essentiel du terrain perdu. Dans certaines provinces, la croissance est telle qu’une limitation est appliquée pour contrôler les dommages aux cultures causés par la surpopulation.

Le Cygne noir a été introduit en France comme animal d’ornement, mais les populations se sont si bien développées qu’il est désormais considéré comme une espèce indigène.

Il vit généralement en colonies denses mais peut être agressif pendant la saison de reproduction. Il peut s’hybrider avec le cygne tuberculé.

C’est un oiseau sédentaire.

Le cygne noir est un oiseau aquatique qui vit dans ou autour des lacs, des rivières, des marécages, mais il fréquente aussi les eaux saumâtres.

Il se nourrit de plantes aquatiques qu’il recherche en plongeant son long cou dans l’eau.

Sur la terre ferme, il mange aussi diverses herbes.

Le cygne noir investit parfois les cultures, les dégâts peuvent être importants pour les cultivateurs.

Un mâle adulte peut peser près de 9 kilogrammes et mesurer jusqu’à 140 centimètres de long pour une envergure d’environ 200 centimètres.

On dit que les couples restent ensemble pour la vie.

Jacques Julien

Photographe basé à Paris spécialisé dans la photo d'art noir et blanc, la photo animalière, l'architecture, les portraits.